L'air a frémi

Au vacillement de l'hiver

Il a décrété les soucis

Les victoires et les guerres

Il a fouillé l'humus

Déclamé ses hiers

Il a mordu le pouce

De son froid gelé

Il s'est élevé contre le mal

Qui l'avait chahuté

Il a porté une étoile

Un fanion, un lion en peluche

Il a défait son couvre-lit

En se glissant dessous

Il a bu ses amertumes

Pour rester encore debout

Dans l'engouement des fêtes

De la joie, une tristesse

Un débordement, une délivrance

Les huissiers viendront

Quand même quoi qu'on en pense

L'air amer a revêtu une liquette légère

Pour faire mieux, pour faire beau

Pour exprimer une requête

Les illusions perdues
Ont défilé sur les drapeaux

Le père Noêl factice

A ôté son chapeau

La mère Noêl trompée

Est partie sur les rennes

Et sous le ciel en colère

Car la vie fait misère

Il y a eu l'étoile filante

Zébrant l'air qui a frémi

Au vacillement de l'hiver

IMG_0226.JPG

NATURE MORTE

crayons à papier

A3

2021

solenne lestienne